Appel à articles : Travailleurs du droit

Appel à articles pour La Nouvelle Revue du Travail : Les travailleurs du droit

Coordination : Gaëtan Flocco, Danièle Linhart et Laurent Willemez

L’analyse sociologique des professionnels du droit et de la justice mobilise assez peu les outils de la sociologie du travail. On étudie le plus souvent les modes de régulation des groupes professionnels qui composent cet espace, leur rapport à la politique ou les politiques de professionnalisation mises en œuvre. De multiples recherches ont ainsi été consacrées au travail des magistrats dans une perspective interactionniste, voire ethnométhodologique ; aux relations professionnelles au sein du groupe des avocats ; à la managérialisation des activités judiciaires ou encore aux usages des catégories juridiques par différents acteurs, à l’image de celle de discrimination. Pour intéressants et fructueux que soient ces travaux, plusieurs points aveugles subsistent malgré tout. C’est ce que ce Corpus de la NRT entend précisément éclairer. Il soutient l’hypothèse que la sociologie du travail, des organisations et de l’emploi permet de retravailler des problématiques que la sociologie du droit et de la justice comme la sociologie des professions ne permettent guère de traiter. C’est notamment le cas du travail concret des professionnels du droit et de la justice. De fait, par-delà les lieux d’exercice, les régulations de groupes et les statuts d’emploi, il est possible d’étudier de manière commune tout un ensemble de travailleurs qui possèdent dans leur activité le droit en partage. Ces différents travailleurs du droit et de la justice entretiennent d’ailleurs des relations entre eux, soit de coopération, soit de concurrence, inscrites dans une division du travail. Des règles économiques et juridiques s’articulent entre elles pour orienter, voire contraindre leur travail ou à l’inverse, leur octroyer des marges de manœuvre. Autrement dit, la spécificité induite par la dimension juridique de l’activité de ces différents acteurs et le rapport qu’ils entretiennent avec elle se situent au cœur de ce Corpus. Son objet est d’étudier au concret ceux qui manient, utilisent et produisent des outils et des catégories du droit dans leur activité professionnelle quotidienne.
À partir de cette perspective générale, plusieurs thématiques non exhaustives pourront faire l’objet de propositions. Toutes ces questions liées au travail seront articulées avec les appartenances sociales de ces travailleurs, ce qui permettra d’interroger leurs dispositions diverses à l’activité juridique, les ressources dont ils disposent et les contraintes auxquelles ils sont exposés.

– La relation de service des activités juridiques : il s’agit d’étudier le travail des juristes, dans leur cabinet, dans leur bureau ou en salle d’audience, comme une relation de service à l’endroit d’usagers de la justice ou de clients. Certains leur offrent des prestations de service (avocats, notaires, membres des services juridiques dans des entreprises, etc.), d’autres jugent leurs différends ou punissent leurs déviances… Si l’expression de relation de service est particulièrement adéquate pour les premiers, elle prend surtout un sens métaphorique pour les seconds. Dans les deux cas, les articles pourront être consacrés à la question de la gestion des usagers, à la manière dont ils sont perçus et au rôle qu’ils peuvent jouer. On pourra étudier notamment en quoi les « prestations » juridiques ou judiciaires fournies s’appuient sur des relations dissymétriques entre professionnels et usagers-clients, en appréhendant la manière concrète dont celles-ci sont conçues et dispensées.
– L’organisation du travail juridique : cette deuxième piste renvoie à des questions peu posées en sociologie du droit et de la justice, relatives à la façon dont le travail des juristes est organisé. Les articles pourront alors prendre pour objet le travail collectif et la division du travail : que ce soit dans un cabinet d’avocat, dans le service juridique d’une grande entreprise, dans une étude de notaire ou dans un tribunal, comment le travail est-il divisé ? Ce qui permettra notamment de mettre en lumière les métiers juridiques dont on parle peu habituellement (greffiers dans des tribunaux, secrétaires d’avocats, de notaires, d’avoués, assistants RH spécialisés dans l’activité juridique, inspecteurs/contrôleurs du travail, assistants parlementaires…) qui se situent cependant au cœur de l’activité juridique et judiciaire. Cet angle d’approche permettra de poser la question de la rationalisation du travail juridique et judiciaire, ainsi que celle de l’existence d’outils de gestion dans les différents lieux d’exercice de ces activités. Il
questionnera également l’introduction des technologies numériques dans les pratiques juridiques (bases de données accessibles aux usagers, technologies de production de preuves, participation
d’organismes privés dans l’administration de la justice, etc.), à l’image d’une tendance plus générale observée par la sociologie du travail, relevant du « digital labor ».
– Les conditions de travail des travailleurs du droit : une troisième piste aborde les conditions de travail des juristes, qui n’ont été que trop rarement étudiées. Que l’on considère le travail des avocats dans leur cabinet ou celui des magistrats, et donc que les juristes soient indépendants ou salariés, on constate des formes de « débordement » de l’activité bien au-delà du temps de travail habituel. On pourra aussi étudier l’intensification du travail des juristes, que celle-ci soit produite par l’accroissement de la concurrence du marché des services juridiques ou par la hausse des exigences de productivité liées au nouveau management public. Qu’en est-il par exemple des effets sur leur santé et leurs conditions de travail des permanences des magistrats, et en particulier de ceux du parquet ? Une partie de ceux-ci exercent leurs permanences téléphoniques dans des openspaces ; d’autres sont soumis à des astreintes et mènent des audiences à un rythme effréné, parfois une partie de la nuit. De même, comment les avocats d’affaires, surchargés de dossiers, organisent-ils leur temps de travail ? Dans cette perspective, et pour tous ces travailleurs, quels « arrangements » entre temps de travail professionnel et vie
domestique sont mis en œuvre ?
Modalités de soumission
Les articles ne doivent pas dépasser 45 000 signes (espaces, notes de bas de page et bibliographie compris) et sont à adresser avant le 20 avril 2019 à nrtravail@gmail.com en suivant les modalités et les normes de présentation précisées à la rubrique Soumission et évaluation du site de la NRT.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.