La sociologie du droit a-t-elle trouvé l’élixir de jouvence ?

JE doctorale RT13 – 26 mars 2018

Par Émilie Biland

La sociologie du droit a-t-elle trouvé l’élixir de jouvence ? (Conclusion de la journée d’étude)

Au terme de cette journée riche et dense, cette conclusion propose de prendre au sérieux, sans nous prendre au sérieux, les transformations contemporaines de la sociologie du droit et de la justice, indissociable de son renouvellement générationnel, qui a été mis à l’honneur aujourd’hui. À mon sens, cette journée a rendu visible trois facteurs essentiels pour la vitalité de la sociologie française du droit et de la justice : l’ouverture internationale, l’articulation entre théorie et empirie, l’exploration des intersections avec les autres sous-champs disciplinaires.

Ouverture internationale

Un premier trait partagé par plusieurs personnes ayant contribué à l’axe 2 m’a d’abord frappée : celles-ci ont, sous la forme d’une trajectoire migratoire personnelle, d’un terrain de thèse effectué à l’étranger ou encore de l’inscription dans une université étrangère, fait l’expérience de mobilités internationales, parfois multiples. Cette ouverture internationale n’est certes pas nouvelle. Au début des années 2 000, plusieurs jeunes chercheur.e.s ont traduit et/ou se sont inspirés de textes importants des sciences sociales du droit américaines[1], et les exemples sont nombreux, dans la présente décennie, de l’« incorporation » de ces travaux américains au sein des recherches françaises[2]. La participation de collègues aux congrès annuels de l’association américaine Law & Society ne date pas d’hier, pas plus que leur implication dans le réseau de sociologie du droit (et de l’International Working Group on the Legal Professions) de l’Association Internationale de Sociologie. Aujourd’hui, la présence de deux doctorantes, en thèse à Chicago (Northwestern University) et à Paris (CMH ou CSO), me semble attester qu’une étape supplémentaire a été franchie, celle de l’institutionnalisation des échanges entre espaces français et états-unien.

On ne peut que se réjouir de l’implication des jeunes chercheur.e.s dans ces dynamiques transatlantiques. Cependant, l’ouverture internationale ne peut et ne doit en rester à ce face à face, et nous conviendrons, je pense, de l’importance de construire des liens vers d’autres espaces académiques que ceux qui utilisent une langue hégémonique. Andrew Abbott, alias Barbara Celarent, a donné accès, dans une série d’articles de l’American Journal of Sociology récemment réunis dans un ouvrage[3], à plusieurs auteurs et autrices non occidentales. Dans l’introduction de ce livre, il estime que l’étude de ce « monde des êtres particuliers » (ceux à qui n’est pas reconnue une valeur universelle), permet d’atteindre « une forme différente d’universalisme ». On ne peut qu’espérer que la sociologie du droit prenne part à ce mouvement d’ouverture au-delà des rivages occidentaux dominants…

Théorie et empirie

Le deuxième enjeu, celui de l’articulation entre théorie et empirie, est encore plus consensuel en sociologie. Il me semble cependant poser un défi particulier pour les sciences sociales du droit. Comme pour se distinguer de la théorie du droit, souvent pratiquée par des juristes, les sociologues du droit revendiquent leur ancrage empirique, gage de leur inscription de plein droit au sein des sciences sociales. Cette posture est pleinement légitime… si elle reconnait que faire des sciences sociales ne peut se limiter à collecter et traiter des données. De la construction de l’objet à la restitution des résultats, concepts et théories du monde social sont incontournables. Le deuxième axe de cette journée – « Problématiser et mettre en forme ses résultats au regard de la littérature en sociologie du droit et de la justice » – cherchait justement à susciter des communications qui fassent travailler ensemble empirie et théorie. Ce travail mérite d’être prolongé au-delà des échanges de ce jour, pour éviter que l’invocation d’un cadre théorique (fut-il aussi puissant que séduisant) ne se limite à un passage obligé de l’introduction… bien peu mobilisé dans la suite de la réflexion. Cette double exigence, empirique et théorique, ne nous simplifie pas la tâche, mais elle fait la valeur des sciences sociales, par rapport à d’autres types de discours ou de savoirs. Dans cette perspective, le RT13 devrait organiser cet automne une journée consacrée aux publications qui remettra cet enjeu sur le métier.

Intersections disciplinaires

Ce réseau est, on le sait, une composante de l’Association Française de Sociologie, et à ce titre, le représentant d’un des sous-champs de la discipline. Autant cette reconnaissance associative (comme celle liée à l’existence de revues, voire de postes !) est essentielle pour la vitalité de nos travaux, autant celle-ci risquerait de s’atrophier si elle reposait sur la seule logique de spécialisation. La sociologie du droit deviendrait alors le monopole de ses spécialistes, eux-mêmes expert.e.s de « leurs » professionnels, de « leurs » institutions voire de « leurs » mouvements sociaux, perdant de vue la labilité et la variabilité des frontières entre leurs objets et ceux de leurs voisins disciplinaires. À rebours de cet écueil, nous avons plutôt intérêt à travailler sur les modalités de circulation de concepts contruits dans un sous-champ, mais utiles dans un autre, ou encore aux conditions de validité des cadres transversaux d’analyse.

Plusieurs communications se sont ainsi inscrites à l’intersection de plusieurs sous-champs disciplinaires. Les usual suspects ont été convoqués : sociologie de la police, sociologie des mouvements sociaux, sociologie de l’État, sociologie des professions. Ce n’est pas nouveau, mais il faut continuer à le faire, tout en explorant de nouvelles mises en relation – le renouvellement de nos travaux passe d’ailleurs par ces intersections inédites, dont les jeunes chercheur.e.s, découvrant de nouveaux objets, pourraient bien être les fers de lance…

À l’heure où il semble impossible d’embrasser la totalité des savoirs sociologiques, limiter ce processus de spécialisation et invoquer la sociologie générale, comme l’a souvent fait Jacques Commaille[4], peut sembler obsolète ou prétentieux. Peut-être faut-il, pour en esquisser une définition, filer l’analogie avec la définition durkheimienne de la société. De même que celle-ci dépasse la somme des individus qui la composent, la sociologie dépasserait la somme de ses sous-champs. Et si l’on suit Durkheim dans De la division sociale du travail (1893), c’est bien peut-être de la solidarité organique, des interdépendances entre ces sous-champs que la sociologie naît et se structure. À nous donc de faire fructifier ces interdépendances ! Cet automne, le RT13 organisera une journée d’études autour des questions de droit et de travail, conjointement avec le RT 25 Travail, organisations, emploi, et au prochain congrès de l’AFS, en 2019, nous prévoyons une session commune avec le RT 29 Sciences et techniques en société. Nous poursuivrons donc ces indispensables échanges disciplinaires.

En deux décennies, la sociologie du droit semble avoir acquis une place inédite dans la sociologie française. Elle a diversifié ses terrains (jusqu’en Afghanistan cet après-midi !), de même que ses attaches institutionnelles : en témoigne la diversité des affiliations des personnes impliquées dans cette journée. En mars 2018, la revue Sociologie du Travail a, comme chaque année, décerné à trois articles le prix du jeune auteur[5] : deux de ces articles, écrits par Corentin Durand et Romain Juston, relèvent de la sociologie du droit. Cette reconnaissance par une revue centrale de la discipline est tout autant un signe de la qualité de la « nouvelle génération », que des apports de la sociologie du droit à la discipline. Ces articles paraitront dans quelques mois, à point nommé pour les lectures estivales… et pour poursuivre nos activités dès la rentrée !

Emilie.biland@univ-rennes2.fr
Maîtresse de conférences en science politique à l’Université Rennes 2, membre du laboratoire ARENES.

 

[1]  Notamment : Israël, Liora. « Usages militants du droit dans l’arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et société, vol. 49, no. 3, 2001, pp. 793-824. Pélisse, Jérôme. « A-t-on conscience du droit ? Autour des Legal Consciousness Studies », Genèses, vol. no 59, no. 2, 2005, pp. 114-130. Vauchez, Antoine. « Entre droit et sciences sociales. Retour sur l’histoire du mouvement Law and Society », Genèses, vol. no45, no. 4, 2001, pp. 134-149.

[2] Par exemple : Baudot, Pierre-Yves, et Anne Revillard. « Entre mobilisations et institutions. Les politiques des droits dans l’action publique », Gouvernement et action publique, vol. 4, no. 4, 2014, pp. 9-33.

[3] Celarent, Barbara, Varieties of Social Imagination, The University of Chicago Press, 2017.

[4] Notamment avec Patrice Duran, dans « Pour une sociologie politique du droit : présentation », L’Année sociologique, vol. 59, no. 1, 2009, pp. 11-28.

[5] http://www.sociologiedutravail.org/spip.php?article142 (consultation le 9 avril 2018)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search