Pouvoir économique et pouvoir disciplinaire en milieu carcéral, par Melchior Simioni

Pouvoir économique et pouvoir disciplinaire en milieu carcéral

Melchior Simioni

Cette communication se propose d’étudier d’une part les modalités d’exercice du pouvoir économique, et d’autre part le lien entre le pouvoir économique et le pouvoir disciplinaire, dans les prisons françaises. Depuis l’œuvre fondatrice de Michel Foucault ([1975] 1993), les dispositifs qui régissent la vie pénitentiaire sont conçus comme des dispositifs de discipline, prescrivant des comportements réglés conçus pour punir et corriger les prisonniers. Mais les prisons sont aussi le lieu d’une vie économique importante, qui se manifeste dans le travail exercé par les détenus et dans l’usage que les détenus peuvent faire de leur « pécule ». Par le biais d’une détermination complexe des grandeurs économiques, comme le « salaire » des prisonniers, la prison est investie d’une série de mécanismes de calcul, règles ou systèmes d’incitation, qui encadrent le comportement économique des prisonniers : par exemple, le montant et l’usage du « pécule » des prisonniers est contraint par des règles précises. Reposant largement sur des considérations morales et visant à favoriser l’apprentissage de « bonnes pratiques », ces mécanismes apparaissent comme les éléments d’un pouvoir économique dont la fonction est tantôt punitive, tantôt correctrice.
Au point de vue théorique, le lien entre le pouvoir économique et le pouvoir disciplinaire est complexe. Dans son cours de 1973 sur la « Société punitive » (2013) et dans l’ouvrage de 1975, Foucault fait un lien entre l’émergence du pouvoir disciplinaire et la volonté de rééduquer la main-d’œuvre pour l’ajuster au système de production né de la révolution industrielle : dans le pouvoir disciplinaire, la forme du rapport de production est importée afin d’imposer au prisonnier « la forme “morale” du salaire comme condition de son existence » ([1975] 1993, p. 218). Cependant, dans les cours de 1978 et 1979 (2004b ; 2004a), Foucault met en évidence une nouvelle forme de pouvoir, la « gouverne-mentalité » économique, dont les ressorts se distinguent clairement du pouvoir disciplinaire. Dans le sillage de travaux récents (Chantraine, 2004), nous tentons ici de prendre au sérieux la réalité d’une « gouvernementalité » économique en prison.
En outre, le lien entre le pouvoir économique et le pouvoir disciplinaire est reconfiguré par les évolutions récentes qui touchent l’univers carcéral. Le développement d’une judiciarisation croissante des procédures de l’institution pénitentiaire (Bouagga, 2015), ainsi que la « normalisation » corrélative des conditions de vie pénitentiaire, c’est-à-dire la tendance à rapprocher les conditions de vie en prison de celles de l’extérieur, transforment le pouvoir conféré aux pratiques et règles économiques dans l’architecture normative de la prison. Dans la période contemporaine, l’économie carcérale devient un indicateur de la proximité entre la vie pénitentiaire et la vie à l’extérieur de la prison, et les éléments de cette organisation économique peuvent à ce titre être conçus comme le vecteur des politiques de réinsertion.
La démarche méthodologique retenue dans cette communication mêle une investigation historique sur l’organisation économique interne des établissements pénitentiaires français, c’est-à-dire l’étude de l’ensemble des normes formelles et informelles qui encadrent l’économie des prisons, ainsi que les résultats d’une enquête ethnographique dans une prison de longue peine. Au croisement des travaux de sociologie du « champ pénitentiaire » (Salle, 2016) et de la sociologie culturelle de l’économie (Zelizer, 1978 ; Fourcade, 2011 ; Steiner et Trespeuch, 2013), nous proposons dans cette communication d’étudier l’histoire et la réalité contemporaine des normes économiques de la vie carcérale pour montrer comment elles relèvent d’un pouvoir, ou d’un « gouvernement », économique, et pour évaluer dans quelle mesure ce pouvoir est concurrent, ou au contraire complémentaire, du pouvoir disciplinaire. Deux résultats principaux sont mis en avant dans cette étude. D’une part, nous montrons que le pouvoir économique et le pouvoir disciplinaire s’inscrivent dans des rationalités distinctes et des ordres de vie en « tension » (Steiner, 2017). Il apparaît d’autre part que la « normalisation » progressive des conditions de vie en prison tend à accorder plus de place au gouvernement économique des conduites des prisonniers, en sorte qu’il figure à part entière dans la fonction de la peine.

Références
Yasmine Bouagga (2015), Humaniser la peine? Enquête en maison d’arrêt, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Gilles Chantraine (2004), « Prison et regard sociologique. Pour un décentrage de l’analyse critique », in : Champ pénal, 1.

Michel Foucault (1993), Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris : Gallimard.
(2004a), Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France (1978-1979), Paris : Gallimard-Seuil.
(2004b), Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France (1977-1978), Paris : Gallimard-Seuil.
(2013), La société punitive : cours au Collège de France (1972-1973), Paris : Gallimard-Seuil.

Marion Fourcade (2011), « Cents and Sensibility : Economic Valuation and the Nature of “Nature” », in : American Journal of Sociology, 116 (6), p. 1721–77.

Gregory Salle (2016), « Théorie des champs, prison et pénalité. Vers la construction du « champ pénitentiaire » », in : Actes de la recherche en sciences sociales, 213 (3), p. 4–19.

Philippe Steiner (2017), « Le concept de tension dans la sociologie de Weber », in : L’Année sociologique, à paraître.

Philippe Steiner et Marie Trespeuch (2013), « Maîtriser les passions, construire l’intérêt », in : Revue française de sociologie, 54 (1), p. 155–180.

Viviana A. Zelizer (1978), « Human Values and the Market : The Case of Life Insurance and Death in 19th-Century America », in : American Journal of Sociology, 84 (3), p. 591–610.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/07/2017

    […] Lundi 3 juillet 16h30-18h, session2, session commune RT12-RT13, « Droit et régulation économique » Discutants : Sebastian Billows et Emmanuelle Marchal Thomas Angeletti, « Does the time fit the crime? La division des responsabilités dans le traitement judiciaire du scandale Libor » Virginie Blum, « Liquider des dettes au tribunal de commerce : les usages différenciés du droit des faillites » Axel Pohn-Weidinger et Marliese Weissmann, “Evoluer ou évaluer ? La loi sur l’entretien professionnel obligatoire et son appropriation dans une entreprise multinationale » Melchior Simioni, « Pouvoir économique et pouvoir disciplinaire en milieu carcéral » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *