La loi sur l’entretien professionnel obligatoire et son appropriation dans une entreprise multinationale, par Axel Pohn-Weidinger et Marliese Weissmann

Evoluer ou évaluer ? La loi sur l’entretien professionnel obligatoire et son appropriation dans une entreprise multinationale

Axel Pohn-Weidinger et Marliese Weissmann

Dans l’optique de faire de la formation professionnelle un levier de la sécurisation des parcours des salariés ainsi que de leur employabilité, la loi n°2014-288 prévoit la généralisation d’un dispositif qui jusqu’à maintenant a été, dans les pratiques, surtout réservé aux catégories supérieures des salariés : l’entretien professionnel (Marion Lambert et Josiane Vero 2013). Annoncé comme un « nouveau pouvoir du salarié sur l’offre de formation et sa qualité »1, l’entretien professionnel, devenu obligatoire, serait-il en train de passer d’un dispositif managérial à un outil de la politique de sécurisation des emplois et des parcours, comme l’ont souligné les commentateurs juristes de la loi (Maggi-Germain 2014) et certaines économistes (Vero et Sigot 2009) ? La réponse à cette question suppose que l’on analyse de près la façon dont entreprises et salariés s’approprient cette loi et l’intègrent dans leurs pratiques de travail usuelles : comment l’entretien professionnel est-il conçu, conduit et documenté ? Comment se raccorde-il aux pratiques de formation et de promotion existantes et à l’organisation du travail ? Se distingue-t-il de l’entretien annuel d’évaluation (qui existe dans beaucoup d’entreprises2), comme le prévoit la loi ?
Notre contribution propose de revenir sur la mise en place des entretiens professionnels « loi 2014 » dans une entreprise multinationale de l’industrie automobile. La contribution s’appuie sur une enquête de terrain effectuée dans un site de production de la multinationale, qui combine des entretiens qualitatifs avec différents acteurs de l’entreprise (management, RH, délégués syndicaux, ouvriers et main d’œuvre indirect, n=30), l’analyse des documents d’entreprise (Lomba 2008), tels que les comptes rendus des entretiens professionnels ou d’autres documents internes.
À partir de ces matériaux, nous proposons d’analyser un processus « d’endogénéisation » du droit social (Edelman 2011), comme cela a déjà été fait à propos du temps de travail (Pélisse 2011) et la diversité (Bereni 2009), mais beaucoup moins en matière de formation professionnelle (Quenson 2011). Notre regard ne reste pas sur le plan organisationnel du discours et des règles managériales, mais adopte une démarche globale, qui s’intéresse notamment à la façon dont le droit apparaît dans les pratiques et les structure, ou non. Pour ce faire, nous revenons dans un premier temps sur la conception du dispositif dans l’entreprise (1) pour ensuite analyser sa mise en place à travers les comptes rendus écrits (2) et des entretiens effectués à l’atelier (3). La communication se conclut par une réflexion plus large sur la portée de la loi 2014 et sur l’orientation actuelle de la politique de formation professionnelle, en intégrant des éléments issus d’enquêtes de terrain effectués dans d’autres entreprises, autour de la même problématique.

Bereni, Laure. 2009. « « Faire de la diversité une richesse pour l’entreprise » ». Raisons politiques, no 35: 87‑105.
Coutrot, Thomas, et Nicolas Sandret. 2015. « Pilotage du travail et risques psychosociaux ». Dares Analyses, no 003 (janvier).
Edelman, Lauren B. 2011. « L’endogénéité du droit ». In Droit et régulations des activités économiques: perspectives sociologiques et institutionnalistes, édité par Christian Bessy, Thierry Delpeuch, et Jérôme Pélisse. Paris: LGDJ-Lextenso éd.
Lomba, Cédric. 2008. « Avant que les papiers ne rentrent dans les cartons : usages ethnographiques des documents d’entreprises ». In Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, 29‑44. La Découverte.
Maggi-Germain, Nicole. 2014. « L’entretien professionnel : de l’outil managérial au dispositif juridique instrument des politiques publiques de l’emploi ». Les Cahiers sociaux, no 267: 597‑602.
Marion Lambert, et Josiane Vero. 2013. « The capability to aspire for continuing training in France: The role of the environment shaped by corporate training policy ». International Journal of Manpower 34 (4): 305‑25.
Pélisse, Jérôme. 2011. « La mise en œuvre des 35 heures : d’une managérialisation du droit à une internalisation de la fonction de justice ». Droit et société 77 (1): 39‑65.
Quenson, Emmanuel. 2011. « Les salariés des grandes entreprises face à l’individualisation de la formation ». Regards sociologiques, no 41‑42: 115‑30.
Vero, Josiane, et Jean-Claude Sigot. 2009. « Démocratiser la formation continue dans l’entreprise : le rôle de l’information, des entretiens professionnels et des supports collectifs ». Cereq Bref, no 260.

  1. Selon les mots de Jean-Patrick Gille, rapporteur de la commission des affaires sociales, intervention à l’assemblée nationale à la séance du 5 février 2014. Cf. Maggi-Germain 2014 []
  2. 56% selon l’enquête Sumer (Coutrot et Sandret 2015). []

1 réponse

  1. 20/07/2017

    […] les usages différenciés du droit des faillites » Axel Pohn-Weidinger et Marliese Weissmann, “Evoluer ou évaluer ? La loi sur l’entretien professionnel obligatoire et son appropriation dans … » Melchior Simioni, « Pouvoir économique et pouvoir disciplinaire en milieu […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search