Pouvoir et conscience du droit, par Jérôme Pélisse et Vincent-Arnaud Chappe

Pouvoir et conscience du droit : diffusion, inflexions et perspectives autour des Legal Consciousness Studies

Jérôme Pélisse et Vincent-Arnaud Chappe

Cette communication entend proposer un bilan critique de la diffusion et des usages des legal consciousness studies dans l’espace académique francophone. Presque vingt ans après la publication de l’ouvrage emblématique de cette perspective – The Common Place of Law. Stories of Everyday Life par P. Ewick et S. Silbey en 1998 -, et un peu plus de dix ans après son usage pour traiter d’un terrain empirique français (Pélisse, 2003), la publication partielle d’un chapitre de cet ouvrage (Israël et alii, 2004), et sa présentation dans un article de Genèses (Pélisse, 2005), quels usages (et éventuels mésusages) de ce concept et de ce cadre d’analyse qui a pour une part révolutionné des perspectives dans la sociologie du droit américaine ? En mettant l’accent sur les acteurs profanes, leurs représentations ordinaires et usages quotidiens du droit, pour souligner à quel point l’analyse du droit en actes constitue une dimension essentielle de la dimension constitutive du droit, les legal consciousness studies ont-elles contribué à renouveler pour partie les recherches en sociologie du droit, et plus généralement en sciences sociales en France ? Ont-elles participé au renforcement d’une sociologie du droit centrée sur l’expérience quotidienne de la légalité, dans sa dimension structurante de la réalité sociale ? Sont-elles restées confinées dans la sociologie du droit ou ont-elles essaimés plus largement dans les recherches sociologiques francophones ?
En se fondant sur une analyse bibliométrique des citations d’un corpus identifié, complété par une analyse de contenu des recherches utilisant centralement ou de manière plus périphérique cette perspective d’analyse, cette communication entend proposer un bilan et d’éventuelles pistes de recherche pour renouveler des problématiques sociologiques, pas uniquement en termes de sociologie (politique) du droit. Elle soutient notamment l’hypothèse d’une oblitération – voire d’une ignorance – des enjeux de pouvoir et d’hégémonie du droit, pourtant au centre des travaux fondateurs de ce courant de recherche. Alors que les travaux de Austin Sarat, Sally Engle Merry, Patricia Ewick et Susan Silbey, etc., ont insisté sur le caractère hégémonique de l’idéologie juridique – et les résistances qu’elle provoque – les travaux français qui se réfèrent à ce cadre d’étude ne font que peu référence à cette problématique, par exemple en mobilisant la célèbre typologie des “rapports au droit” de The Common Place … sans en expliciter les enjeux théoriques (ce qui renvoie aux constatations faites par Susan Silbey dans le cas américain (2005)). Paradoxalement, d’autres travaux critiquent les Legal Consciousness Studies au nom même de leur ignorance des enjeux de pouvoir, soi-disant ignorés par leurs fondat.eur.ice.s.
Bien loin de déplorer ce qui serait une lecture amoindrie de ces travaux, il s’agit alors de proposer des pistes théoriques et empiriques pour un usage renouvelé des Legal Consciousness Studies dans les pays francophones, articulant enjeux de pouvoir et expériences quotidiennes de la légalité, dans ses dimensions multiples et contradictoires, impliquant des acteurs, des processus et des environnements juridiques pour une part différents du contexte américain.

Bibliographie :
Ewick P., Silbey S.S., 1998, The common place of law: Stories from everyday life, Chicago, University of Chicago Press.
Ewick P., Silbey S.S., 2004, « La construction sociale de la légalité », Terrains et travaux, 6, p. 112‑138 (traduction : Guilhem Cassan, Daniel Didier, Édouard Gardella, Liora Israël, Romain Lutaud, Carine Ollivier, Jérôme Pélisse, Matthieu Pujuguet, Julien Souloumiac, Marie Trespeuch, Gérôme Truc, Benn Williams).
Israël L., Pélisse J., 2004, « Quelques éléments sur les conditions d’une « importation » (Note liminaire à la traduction du texte de S. Silbey et P. Ewick) », Terrains & travaux, 6, p. 101‑111.
Pélisse J., 2003, “Consciences du temps et consciences du droit chez des salariés à 35h”, Droit et société n°53.
Pélisse J., 2005, “A-t-on conscience du droit ? Autour des legal consciousness studies”, Genèses n°59 / 2.
Silbey S.S., 2005, « After legal consciousness », Annual Review of Law and Social Science, 1, p. 323‑368.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/07/2017

    […] et volonté de réparer une injustice » Jérôme Pélisse et Vincent-Arnaud Chappe, « Pouvoir et conscience du droit : diffusion, inflexions et perspectives autour des Legal Consciousne… » Cécile Vigour et Laurence Dumoulin, « Les rapports au droit et à la justice de citoyens […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search