Une thèse, un zoom… 3 questions à Mélodie Renvoisé, à propos de sa thèse sur la mixité en prison.

Mélodie Renvoisé est docteure en sociologie. Le 15 décembre 2023, elle a soutenu une thèse intitulée «Du “Mélange des sexes” à la “mixité”. Une analyse sociohistorique et ethnographique de la coprésence des hommes et des femmes en prison», à l’université de Nantes.

 

  1. Votre thèse, réalisée au Centre nantais de sociologie (CENS), sous la direction de Véronique Guienne et Nicolas Rafin, porte sur la « mixité » dans les établissements pénitentiaires. Qu’est-ce qui vous a donné envie de traiter ce sujet ?

J’ai commencé à m’intéresser à l’institution carcérale durant mon master 1 en sociologie : j’explorais les expériences carcérales des femmes, en étudiant notamment des ateliers mis en œuvre par une ONG auprès de prisonnières. Dans ce contexte, j’ai assisté à un colloque qui leur était entièrement consacré, dans lequel le chef d’établissement d’une prison belge présentait le fonctionnement de son établissement et notamment la façon dont l’ensemble des activités proposées (telles que le travail, les enseignements, le sport, etc.) y était commun aux hommes et aux femmes détenu·es. Il avait souligné qu’« aucun incident n’avait eu lieu » et que la gestion libérale des relations entre détenu·es de sexe opposé avait même abouti, en quelques années d’expérience, à deux mariages et une naissance au sein des murs. Je réalisais alors que je n’avais pas vraiment interrogé la séparation des sexes dans cette institution, que je l’avais prise pour un allant de soi.

J’ai donc commencé à explorer la question de la mixité carcérale et j’ai fait deux constats qui ont ensuite guidé l’ensemble de ma recherche. D’abord, qu’il était possible de mettre en œuvre des activités mixtes dans les prisons françaises, une possibilité relativement récente, régie par l’article 28 de la Loi pénitentiaire du 24 novembre 2009. Ensuite, je découvrais que la séparation des sexes n’avait peut-être pas toujours été la règle. En effet, selon les historien·nes (Petit, 1991 ; Vimont 2004 ; Carlier, 2009), hommes, femmes et même enfants étaient bien souvent « mélangés » dans les lieux d’enfermement de l’Ancien régime.

Il m’a ainsi semblé qu’il y avait deux processus sociohistoriques à explorer : celui qui a conduit à des formes de plus en plus strictes de séparation des deux sexes dans les établissements pénitentiaires ; et un second, plus récent et qui tend à s’inscrire en contre-pied du premier, celui de la promotion de formes de mixité de genre dans ces institutions. Le questionnement initial de ma thèse s’est ainsi structuré autour d’un triple questionnement : il fallait interroger la genèse de la séparation des sexes, sa normalisation et enfin sa remise en cause partielle dans le contexte du développement d’activités mixtes.

 

  1. Quelles ont été les principales difficultés de l’enquête et les stratégies de contournement ? Auriez-vous une anecdote de terrain à nous confier ?

La première difficulté à laquelle j’ai été confrontée est qu’il n’y a pas de recherches qui ont pris pour objet la mixité en prison à proprement parler (à l’exception de celle menée par Coline Cardi, Anne Jennequin et Corinne Rostaing pour la Mission Droit et Justice dont le rapport doit prochainement être publié). D’une façon générale, les femmes détenues ont longtemps été oubliées, « invisibles », dans les recherches sur le crime et sur la prison, comme le souligne Corinne Rostaing (2017). Il y a bien sûr des travaux en histoire et en sociologie qui ont pris pour objet les prisons de femmes, mais comme le pointe l’historien Philippe Artières (2007), il s’agit le plus souvent de « caractériser [leur] fonctionnement propre […], rarement d’analyser les situations de mixité et de relation entre les sexes ». De plus, les historien·nes et sociologues de la prison ont surtout insisté sur le processus de séparation des hommes et des femmes détenu·es au cours du XIXe siècle, en renseignant le mouvement de spécialisation des maisons centrales par sexes (Lesselier, 1982 ; Petit, 1990 ; Ricordeau et Milhaud, 2012). Iels ont cependant peu étudié les modes de gouvernance de la coprésence dans les prisons départementales, aujourd’hui les maisons d’arrêt, et dans lesquelles, hier comme aujourd’hui, hommes et femmes cohabitent. Il a donc fallu que je m’improvise historienne pour saisir des réalités qui n’avaient pas beaucoup été décrites jusque-là. J’ai ainsi exploité un certain nombre de sources primaires. Par exemple, j’ai relu l’ouvrage de John Howard, L’État de prisons (1788), et celui de Jeremy Bentham, Le Panoptique (1791) en cherchant les mentions faites à la présence d’hommes et de femmes dans une même prison. Il s’agissait de saisir à la fois la factualité de la coprésence de détenu·es des deux sexes, et les rationalités à l’œuvre pour justifier leur séparation ou leur réunion dans différents contextes (types d’établissement, types d’espaces au sein d’une prison, etc.). Ce qu’il est intéressant de constater, c’est que les activités mixtes d’aujourd’hui ont pu exister dans des formes relativement similaires dans les maisons d’arrêt du XIXe siècle, quand par exemple des hommes et femmes détenu·es assistaient à la messe dans une même chapelle. Au-delà d’une difficulté, cette exploration historique fut un défi que j’ai relevé avec beaucoup d’enthousiasme !

Une seconde difficulté que je peux soulever nous ramène dans la période contemporaine. J’ai découvert dès le début de la thèse que la direction de l’administration pénitentiaire ne disposait pas de données systématisées sur le déploiement des activités mixtes dans ses établissements. J’envisageais de mener des enquêtes ethnographiques dans différents types de prisons, en faisant varier différents critères (durée des peines, architecture des prisons, etc.), pensant qu’ils pouvaient influencer les modes de gouvernance et les formes de la coprésence des sexes. Par ailleurs, je n’excluais pas d’enquêter dans un établissement où aucune activité mixte n’était mise en œuvre. Face à l’absence de données, je ne pouvais cependant pas faire de choix éclairé et j’ai cherché à dresser moi-même un état des lieux du déploiement des activités mixtes. J’ai ainsi contacté chaque direction interrégionale et j’ai compris que, même à ce niveau, il n’était pas aisé de savoir dans quels établissements des activités mixtes étaient organisées. Le choix des terrains d’enquête a ainsi été plus directement lié à des opportunités qui se sont présentées, sans répondre parfaitement à mes ambitions initiales de recherche. Pour autant, j’ai pu tirer profit de ces difficultés. Elles m’ont en effet permis de saisir la façon dont la mixité des activités ne relevait pas, au moment de l’enquête du moins, d’une politique nationale de l’administration pénitentiaire et ne constituait pas non plus une préoccupation significative à l’échelle régionale.

Pour terminer sur ce point, je peux évoquer quelques anecdotes de mes terrains ethnographiques. D’une façon générale, c’est le temps long qui m’a permis de gagner la confiance de mes différent·es interlocuteur·rices et ainsi d’évoluer tant auprès des personnes détenues, des intervenant·es extérieur·es et des agent·es pénitentiaires. C’est cependant auprès des surveillant·es qu’il a été le plus difficile d’être acceptée, parce que certain·es pouvaient penser que j’étais « une taupe du ministère ». Intégrer l’univers carcéral, c’est intégrer un espace marqué par le soupçon. En fait, l’objet même de ma recherche, la mixité, dessine des frontières morales entre celles et ceux qui la promeuvent et d’autres qui s’y opposent ; entre des individus qui se considèrent ou sont considérés comme progressistes et d’autres, « réfractaires au changement » ; entre des « pro » et « anti » détenu·es, etc. J’ai été perçue comme nécessairement favorable à la mixité, « prodétenu·es » voire « prodirection » par les surveillant·es. Pour me défaire de ces étiquettes, j’ai passé beaucoup de temps avec elles et eux et j’ai pris au sérieux les difficultés que la mixité peut représenter dans leur exercice professionnel.

 

  1. Comment mobilisez-vous la sociologie du droit dans ce travail ?

De fait, la séparation des sexes et la mixité sont avant tout des réalités juridiques. Le droit a immédiatement constitué à la fois l’objet premier de la recherche et une source – parmi d’autres – pour l’analyse sociologique. Au moment de l’enquête, le Code de procédure pénale régissait la coprésence des sexes dans les prisons (depuis 2022, c’est le Code pénitentiaire), en disposant que les hommes et les femmes sont incarcéré·es dans des établissements ou quartiers distincts et, je cite, que « toutes dispositions doivent être prises pour qu’aucune communication entre les uns et les autres ne soit possible », exception faite des activités mixtes. Cette exception n’a été ajoutée que depuis la Loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 (article 28) et c’est elle qui m’a intéressée en premier lieu. Comment, par quel processus, en était-on arrivé à introduire une dérogation au principe de séparation des sexes en prison ? C’est ainsi que j’ai étudié les standards internationaux en matière de droits des personnes détenues, produits par les Nations Unies et le Conseil de l’Europe, et le processus législatif français de la Loi pénitentiaire. J’y ai cherché les constats et les arguments sur lesquels s’appuie la promotion de formes de mixité dans l’univers carcéral, ou au contraire la perpétuation d’une différenciation et d’une séparation entre les hommes et les femmes.

En couplant cette analyse d’archives à des enquêtes ethnographiques, j’ai ainsi saisi la production et la reproduction de normes par le haut, mises en miroir avec des pratiques concrètes saisies par le bas. La mixité apparaît comme une injonction nouvelle au sein de l’administration pénitentiaire, s’appuyant sur la promotion d’une « normalisation » du quotidien carcéral et d’un traitement plus égalitaire des femmes détenues. Cette injonction peut être interprétée et traduite différemment à l’échelle locale, et se heurter à des fonctionnements traditionnels de l’institution. La sociologie du droit que j’ai déployée s’est ainsi attachée à saisir notamment les écarts entre l’« esprit de la loi » et ses applications et implications concrètes sur le terrain carcéral.

 

  1. Publications et page personnelle de Mélodie Renvoisé
  • « La mixité des activités en prison. Un dépassement de la frontière entre les sexes en institution carcérale ? », Acte du 5e colloque jeunes chercheurs et jeunes chercheuses sur la privation de liberté « Les frontières de la privation de liberté », Mare et Martin, Paris, juillet 2021.
  • « Histoire de la (non)-mixité en prison », Métropolitiques, 7 décembre 2020. URL : https://metropolitiques.eu/Histoire-de-la-non-mixite-en-prison.html

 

Illustration : CRHCP (Centre de Ressources sur l’Histoire des Crimes et des Peines) de l’ENAP – https://enapagen2.bibenligne.fr/

 

  1. Bibliographie

ARTIÈRES Philippe, « L’historienne et l’enfermée », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 26/2007, pp. 181-188.

BENTHAM Jeremy, Panoptique. Mémoire sur un nouveau principe pour construire des maisons d’inspection et nommément des maisons de force, Imprimerie nationale, Paris, 1791.

CARLIER Christian, « Histoire des prisons et de l’administration pénitentiaire française de l’Ancien Régime à nos jours », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 14 février 2009, consulté le 06 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/246

HOWARD John, CARLIER Christian et PETIT Jacques-Guy, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force en Europe au XVIIIe siècle, Éditions de l’atelier, Paris, 1994.

LESSELIER Claudie, Les femmes et la prison, 1820-1939, Thèse d’histoire sous la direction de Michelle Perrot, Paris VII, 1982.

PETIT Jacques-Guy, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Fayard, 1990.

PETIT Jacques-Guy (dir.), Histoire des galères, bagnes et prisons, XIII-XXe siècle. Introduction à l’histoire pénale en France, Édition Privat, 1991.

RICORDEAU Gwenola et MILHAUD Olivier, « Prisons, espace du sexe et sexualisation des espaces », Géographie et cultures [En ligne], 83 | 2012.

ROSTAING Corinne, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Presse universitaire de France, Paris, 1997.

ROSTAING Corinne, « La non-mixité des établissements pénitentiaires et ses effets sur les conceptions de genre : une approche sociologique », in Isabelle Heullant-Donat (dir.), Enfermement III, Le genre enfermé, hommes et femmes en milieux clos (XIIIe-XXe siècle), Publications de la Sorbonne, 2017, pp. 33-52.

VIMONT Jean-Claude, La prison à l’ombre des hauts murs, Gallimard, 2004.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
nathanrivet (17 juin 2024). Une thèse, un zoom… 3 questions à Mélodie Renvoisé, à propos de sa thèse sur la mixité en prison. Droit et sciences sociales . Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11u2k


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search