Une thèse, un zoom… 3 questions à Chayma Boda, à propos de sa thèse sur la récompense du secours à autrui en Chine

Chayma Boda est docteure en sociologie de l’EHESS. Le 15 juin 2023, elle a soutenu une thèse intitulée « Le secours à autrui entre droit, politique et morale. Reconnaissance et rétribution des actes de secours courageux en Chine contemporaine ».

 

  1. Votre thèse, réalisée au Centre d’Études sur la Chine Moderne et Contemporaine du laboratoire Chine Corée Japon sous la direction de Isabelle Thireau et Carole Gayet-Viaud, porte sur le secours à autrui en Chine. Qu’est-ce qui vous a donné envie de traiter ce sujet ?

Quand je rentre à l’EHESS, la non-assistance à personne en danger en Chine est un phénomène médiatique depuis plusieurs années. Divers acteur∙ices (journalistes, chercheur∙ses, victimes, juristes…) s’expriment pour signaler la nécessité d’encourager et de soutenir institutionnellement le secours à autrui entre citoyen∙nes dans les espaces publics. C’est le point de départ de mon enquête sur le gouvernement des actes secourables : quels sont les moyens institutionnels envisagés par les acteur∙ices pour réguler l’engagement du passant ou de la passante, le soutenir, le permettre ? Comment définir et donner sens à une nouvelle forme d’altruisme dans la société post-Maoïste ?

Cette question émerge dans le cadre d’une perte de repères quant à ce que l’on se doit, en termes de secours, dans les rapports en public, ainsi que dans un contexte de méfiance généralisée dans les rapports sociaux. Il a été important de comprendre cette question depuis les nombreux espaces où elle est posée : l’administration qui promeut des actes secourables, les personnes qui entrent en contact avec les bureaux concernés, les médias, l’expérience ordinaire des espaces publics par les citadin∙es, la sphère juridique.

 

  1. Parlez-nous de l’enquête : quelles ont été les réussites et les principales difficultés ? Quelles stratégies avez-vous mises en place ? Auriez-vous une anecdote de terrain à nous confier ?

L’enquête a été guidée par la découverte d’une politique publique de récompense des actes de secours à autrui. Institutionnalisée à la fin des années 1980, celle-ci met en place un dispositif national de reconnaissance et de rétribution de personnes identifiées comme ayant porté secours à autrui de façon « juste et courageuse », qu’il s’agisse d’un acte d’assistance, de secours d’urgence ou d’autodéfense. La récompense de secoureur∙ses est présentée comme une alternative à la pénalisation du défaut d’assistance, et un moyen de recomposer des repères pour les pratiques altruistes, dans un contexte de crise de la cohésion sociale. Ma thèse retrace l’évolution, entre 1988 et 2018, de cette catégorie administrative (« voir le juste et agir avec courage (jian-yi-yong-wei 见义勇为) »). Elle détaille les techniques de certification, de récompense et de publicisation de tels actes, et analyse leur mobilisation au sein d’affaires mettant à l’épreuve les définitions juridiques, politiques et morales de la responsabilité civile de sauvetage.

L’accès à l’information a été difficile dans l’enquête sur l’administration. Je n’ai pas réussi à obtenir de rendez-vous avec quelqu’un du Ministère des affaires civiles où se trouvait alors le bureau qui m’intéressait. J’ai dû m’en tenir à des entretiens téléphoniques, ce qui a demandé beaucoup de concentration et de persévérance. En ce qui concerne l’accès aux documents internes, une partie importante de mon travail se base sur des manuels, recueils et livres commémoratifs que j’achète dans une librairie d’ouvrages de seconde main en ligne.

Cartographier les portes fermées dans l’enquête m’a permis de documenter les contours de circulation de l’information : qui détient l’autorité de produire, de mettre en récit, puis de diffuser  une parole ? Des secoureurs ayant reçu le diplôme officiel de « secoureur courageux » me disent eux-mêmes qu’ils ne peuvent répondre à des sollicitations « privées » d’entretien. J’ai donc pris contact avec ceux qui s’expriment en ligne et qui sont déjà dans une démarche de médiatisation non officielle. Les écueils de l’enquête reflètent les conditions particulières de la prise de parole publique en Chine, et dessinent un angle de vue particulier sur le lien entre l’authentification d’un acte et sa publicité.

 

  1. Comment mobilisez-vous la sociologie du droit dans ce travail ? Avez-vous une référence (article, chapitre ou livre) dont vous aimeriez conseiller la lecture ?

Depuis l’étude des rouages du gouvernement par la récompense, des arrangements juridiques associés, et de la littérature juridique qui balise les débats publics au sujet de l’assistance, je me suis beaucoup interrogée sur le rapport entre droit et politique en Chine. D’un point de vue méthodologique, les travaux de Liora Israël ont été ma première voie d’entrée vers la sociologie du droit. Mon approche est aussi marquée par les legal consciousness studies du courant Law & Society, l’anthropologie du droit (la lecture notamment de Clifford Geertz, Sally Falk Moore ainsi que des travaux de Fernanda Pirie et Judith Scheele) et le travail d’historien∙nes tel∙les que Simona Cerutti. Pour les personnes travaillant sur le droit, la justice et la politique en Chine, je recommande l’ouvrage collectif Disputes au village chinois. Formes du juste et recompositions locales des espaces normatifs dirigé par Isabelle Thireau et Wang Hansheng, l’ouvrage collectif La Chine et la démocratie dirigé par Mireille Delmas-Marty et Pierre-Etienne Will, ainsi que les travaux d’Hélène Piquet, Jérôme Bourgon, Stéphanie Balme, Rachel Stern. La sociologie des affaires a aussi été centrale dans la réflexion de ma thèse, plusieurs grandes affaires ayant constitué des tournants dans la problématisation contemporaine du secours à autrui. À ce sujet il faut lire les travaux d’Élisabeth Claverie et l’ouvrage collectif Affaires, scandales et grandes causes dirigé par Nicolas Offenstadt et Stéphane Van Damme.

 

  1. Publications et page personnelle de Chayma Boda

Page personnelle sur le site du laboratoire < https://ccj.ehess.fr/membres/chayma-boda >

Site de theses.fr < https://www.theses.fr/2023EHES0051 >

Publications

« Secourir et apparaître secourable à Pékin. Comment porter assistance dans un espace public marqué  par la défiance ? » dans BIDET Alexandra et GAYET-VIAUD  Carole, L’engagement comme expérience, Éditions de l’EHESS, Raisons Pratiques, septembre 2023, p. 263-293, < https://books.openedition.org/editionsehess/50251?lang=fr >.

« Les héros d’Alibaba », Politika [en ligne], 04/06/2022, <  https://www.politika.io/fr/article/heros-dalibaba >.

 « La certification d’un citoyen secoureur en Chine contemporaine. Établir et représenter la vertu d’un  acteur au sein d’une arène de droit », Participations, Participations à  l’ordre, 2021/1 (n°29), p. 215-235, < https://www.cairn.info/revue-participations-2021-1-page

215.htm>.

« De passants secourables à acteurs vertueux. Politiques de l’engagement au secours d’autrui dans les  lieux publics en Chine contemporaine », Études Chinoises, 2018/1,  p. 113-124, < https://www.persee.fr/doc/etchi_0755-5857_2018_num_37_1_1623 >.



Citer ce billet
nathanrivet (2024, 30 avril). Une thèse, un zoom… 3 questions à Chayma Boda, à propos de sa thèse sur la récompense du secours à autrui en Chine. Droit et sciences sociales . Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10s2s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search