3 questions à Virginie Blum, à propos de sa thèse sur le travail des juges consulaires au sein des chambres de procédures collectives

Virginie Blum est docteure en sociologie de l’Université Lumière Lyon 2. Le 4 janvier 2023, elle a soutenu une thèse intitulée “Les juges consulaires face aux faillites d’entreprises : un travail « deux poids, deux mesures »”.

 

  1. Votre thèse, réalisée au Centre Max Weber sous la direction d’Isabelle Sayn, porte sur les pratiques de travail des juges consulaires qui ont en charge de traiter les entreprises défaillantes. Qu’est-ce qui vous a donné envie de traiter ce sujet ?

Le projet de cette thèse a émergé à la croisée d’appétences et d’expériences personnelles, de rencontres et de lectures. Après un stage qui s’est déroulé, au cours de mon Master 2, au sein d’un cabinet de consulting consacré à l’ « entrepreneuriat féminin », j’ai souhaité poursuivre en doctorat avec un sujet me permettant de combiner mon intérêt pour l’univers économique, le travail et les inégalités sociales. J’ai collaboré avec une association d’envergure nationale dédiée à la promotion et au développement des femmes entrepreneures pour élaborer un projet de thèse avec un financement CIFRE qui avait alors comme objectif d’étudier les femmes et les hommes entrepreneurs avec une perspective croisée France-Suède-Cameroun. Mais une fois le projet déposé et accepté par les instances universitaires, l’association s’est désistée. J’étais néanmoins inscrite en doctorat et je souhaitais poursuivre mais le sujet posait des difficultés pratiques, notamment en termes de coûts (financiers).

Cette mise en faillite de mon projet initial de thèse a eu un impact important : cette expérience personnelle m’a amenée à décaler mon questionnement. Pendant un an, j’ai reconstruit mon projet de thèse avec l’idée que, si on prend acte que des entreprises se créent et vivent, on peut également considérer que d’autres meurent. Étudier et explorer ces dernières me paraissait être un moyen d’analyser les fonctionnements d’un aspect de l’entrepreneuriat, non seulement moins investi dans la littérature mais aussi occulté et relégué dans les « coulisses de la vie sociale ».

      

  1. Quelles ont été les principales difficultés de l’enquête et les stratégies de contournement ? Auriez-vous une anecdote de terrain à nous confier ?

Quand il me fallait expliquer mon sujet de thèse, j’ai constaté que faire une thèse de sociologie sur les faillites d’entreprises prêtait le flanc – surtout au début – à des quolibets et remarques parfois sarcastiques, ce qui a donné lieu à une collaboration avec la dessinatrice phdelirium.

Au cours de mon enquête, grâce à l’assentiment du président du tribunal et des juges, j’ai pu fréquenter les chambres de procédures collectives de manière assidue pendant une année et demie au cours de laquelle j’ai combiné trois méthodes différentes qui m’ont permis de réunir les éléments à la base de ma thèse. J’ai assisté et observé une vingtaine d’audiences (d’une durée moyenne de trois heures) qui m’ont permis d’observer 777 affaires ainsi que quatre séances de préparation d’audience avec les juges qui les présidaient ; en parallèle, j’ai réalisé une quinzaine d’entretiens biographiques avec des juges ; enfin, j’ai constitué une base de données en extrayant, des fichiers informatiques du greffe, la liste des entreprises placées en procédure collective entre 1990 et 2014 (soit plus de 35 000 entreprises).   

Au début, j’ai été submergée par une avalanche d’informations, de termes techniques, de codes. J’ai été saisie à plusieurs reprises par un sentiment de malaise et l’ai d’ailleurs noté dans mon carnet de terrain. L’articulation des données à la fois qualitatives et quantitatives n’est pas évidente et demande un certain sang-froid. Progressivement, ce brouillard s’est dissipé. Au fil des mois, je me suis imprégnée des manières de faire et de penser. J’ai acquis certains rudiments juridiques et pu tisser des liens privilégiés avec les acteur-es du tribunal. Je me suis alors fondue dans le décor au point que, lors d’une audience, à la demande d’une greffière, j’ai assuré le rôle de l’huissier audiencier qui avait terminé son service, ce que je fis non sans une certaine excitation.

 

  1. Comment mobilisez-vous la sociologie du droit dans ce travail ? Auriez-vous une référence (article, chapitre ou livre) dont vous aimeriez conseiller la lecture ?

Ma thèse s’inscrit au croisement de la sociologie du travail, de la sociologie économique et de la sociologie du droit. Je mobilise les travaux fondamentaux dirigés par Emmanuel Lazega sur le Tribunal de commerce de Paris. Je m’inspire également des travaux portant sur l’activité et le travail concret au sein d’autres juridictions, ceux de Laurent Willemez sur les prud’hommes, ceux du Collectif Onze concernant les affaires familiales, de Bruno Latour sur le Conseil d’État ou encore les recherches de Liora Israël sur les mises en scène de la justice pour mineurs et de Nicolas Herpin sur la justice correctionnelle.

Sans pouvoir tous les citer, d’autres corpus ont nourri mes réflexions pour appréhender le processus de prise de décision, les arbitrages opérés par les juges, notamment les travaux sur le sentencing que Françoise Vanhamme et Kristel Beyens ont contextualisés. Je me suis également beaucoup inspirée des travaux de Jean-Marc Weller afin de pouvoir appréhender les réalités matérielles du droit.  

Aussi, mon intérêt ayant été de saisir les façons dont le processus judiciaire de la défaillance d’entreprises travaille les inégalités de ressources et les formes de pouvoirs/résistances, les rapports de force à l’œuvre, je me suis appuyée sur le dossier coordonné par Aude Lejeune et Alexis Spire sur les inégalités sociales et judiciaires face au tribunal (Droit et société 2020/3, n° 106).

 

  1. Actualités de Virginie Blum

Actuellement en postdoctorat à l’emlyon business school, dans la prolongation de sa thèse, Virginie Blum codirige le projet de recherche intitulé « Les administrateurs et mandataires judiciaires : trajectoires, représentations et pratique d’une profession singulière » soutenu par l’Institut des Études et de la Recherche sur le Droit et la Justice.

Vous pouvez écouter Virginie Blum présenter ses recherche au sein de l’émission « Entendez-vous l’éco ? » de France Culture consacrée aux tribunaux des affaires économiques et plus précisément aux entreprises face à la faillite : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/entendez-vous-l-eco/tribunal-de-commerce-les-entreprises-face-a-la-faillite-1286826

La page de Virginie Blum : https://www.centre-max-weber.fr/Virginie-Blum

La page de Virginie Blum sur le site de l’EM Lyon.



Citer ce billet
nathanrivet (2024, 17 janvier). 3 questions à Virginie Blum, à propos de sa thèse sur le travail des juges consulaires au sein des chambres de procédures collectives. Droit et sciences sociales . Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vm34

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search