3 questions à Fiona Friedli à propos de sa thèse intitulée « Régulation des relations familiales et reproduction de l’ordre de genre : des transformations du droit à la justice en action »

Fiona Friedli est docteure en Science Politique. Elle a soutenu sa thèse le 7 décembre 2021 à l’Université de Lausanne sous la direction d’Éléonore Lépinard et de Bernard Voutat.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de traiter ce sujet ?

J’ai commencé à m’intéresser aux questions familiales en Master. Mon premier mémoire a porté sur les mobilisations de familles monoparentales en France, le second sur le militantisme paternel en Suisse. J’ai eu la chance lors de mon Master 1 d’être supervisée par Céline Bessière, grâce à qui j’ai découvert les travaux du Collectif Onze sur la justice aux affaires familiales en France. Ces travaux m’ont beaucoup inspirée. De manière générale, les études en sciences sociales et politiques que j’ai suivies entre la Suisse et la France m’ont permis de développer un goût très prononcé pour l’interdisciplinarité et un intérêt pour la sociologie du droit.

Lors de mon recrutement en thèse en science politique à l’Université de Lausanne, j’ai décidé de travailler sur le droit de la famille. En Suisse, ce segment du droit privé n’avait fait l’objet que de peu d’investigations en dehors des sciences juridiques bien qu’il soulève des questions politiques incontournables. Le début de ma thèse a coïncidé avec d’importantes réformes liées à la responsabilité parentale en cas de rupture conjugale, qui ont introduit une nouvelle régulation des relations post-conjugales désormais aveugle au genre, avec un certain retard en comparaison avec le reste de l’Europe. Je me suis alors posée deux questions : d’où proviennent ces nouvelles règles et quelle est leur portée sociale ? Cela m’a conduit à enquêter sur les liens entre la régulation des relations familiales et de l’ordonnancement du genre. J’ai plus particulièrement étudié les recompositions de ces relations durant le 20ème et le 21ème siècle en Suisse, en adoptant une approche sociohistorique des transformations du Code civil. Pour comprendre la manière dont les règles contenues dans ce Code sont agies par les institutions judiciaires, j’ai combiné cette première méthode à une enquête ethnographique des pratiques de règlement des contentieux familiaux que j’ai observés et analysés à différents niveaux de l’ordre judiciaire, de la première instance à la plus haute autorité judiciaire de Suisse, à savoir le Tribunal fédéral.

Quelles ont été les principales difficultés de l’enquête et les stratégies de contournement ? Auriez-vous une anecdote de terrain à nous confier ?

Je dois rappeler d’emblée que je ne possède pas de formation juridique et que je n’avais jamais franchi la porte d’un tribunal avant de procéder à cette recherche. Parmi mes collègues du Centre de recherche sur l’action politique de l’Université de Lausanne (CRAPUL) et du Centre en études genre (CEG) personne n’avait mené d’enquête ethnographique sur la justice en Suisse. L’une des difficultés a donc été d’évoluer au sein d’institutions qui m’étaient étrangères et sur lesquelles je n’avais que peu de connaissances, notamment en raison du manque de littérature sur ce sujet en Suisse.

J’ai commis plusieurs « erreurs » sur le terrain. Elles ont généré des situations inconfortables, qui m’ont en retour permis de récolter des informations. L’une d’elles s’est déroulée lors de mon premier jour d’observation au sein d’un Tribunal de première instance. Il avait été convenu que je rejoigne un président de ce Tribunal directement dans la salle d’audience au sein de laquelle il devait siéger. J’étais assez anxieuse à l’idée de réaliser mes premières observations. J’avais soigné ma tenue, en revêtant un blazer bleu acheté pour l’occasion. En me voyant arriver au lieu et à l’heure dite, le juge s’est montré agacé sans que je comprenne pourquoi. Il répétait qu’il ne savait pas où m’installer. Après plusieurs secondes d’hésitation, il m’a enjointe à m’assoir à ses côtés. Ce n’est qu’à la fin de l’audience qu’il m’a annoncé que je devrais à l’avenir me vêtir entièrement de noir si je souhaitais revenir dans sa cour. La greffière, qui avait probablement lu la gêne sur mon visage, s’est amusée de cet « incident » au moment de quitter la salle et m’a invitée à prendre un café pour m’en apprendre plus sur les règles de fonctionnement du Tribunal.

Les institutions judiciaires étant des lieux à la fois impressionnants, intimidants et dont les coulisses sont peu accessibles aux profanes, saisir leur architecture, leur organisation et leur fonctionnement m’a demandé du temps. Pour y parvenir, je suis entrée en contact avec des chercheurs et chercheuses extérieurs à mes laboratoires de recherche, notamment des juristes. Cela m’a conduit à interagir avec d’autres réseaux de recherche orientés vers l’étude empirique du droit, principalement au sein de la Faculté de Droit de l’Université de Genève, du Réseau thématique 13 « Sociologie du droit et de la Justice » de l’Association Française de Sociologie, du Département de Sociologie de l’Université Northwestern à Chicago et de l’American Bar Foundation, un institut de recherche interdisciplinaire spécialisé sur l’étude empirique du droit et de la justice, basé à Chicago, que j’ai eu la chance de découvrir lors d’un séjour de recherche d’une année aux États-Unis. J’ai ainsi pu faire de belles rencontres avec plusieurs chercheurs et chercheuses de différentes universités en Suisse, en France et aux États-Unis. D’ailleurs, de mes intérêts communs avec des collègues suisses est née l’idée de créer un réseau suisse regroupant chercheurs et chercheuses intéressées par la sociologie du droit en Suisse : le Réseau Suisse Droit et Société, ou Swiss Network for Law and Society.

Comment mobilisez-vous la sociologie du droit dans ce travail ? 

C’est à la fois le droit comme fait social et comme pratique qui m’intéresse, en tant qu’il produit ou reproduit l’ordre de genre. Afin d’appréhender sociologiquement les ressorts de la coproduction entre genre et droit, je me suis à la fois inspirée de travaux de juristes issues de la Feminist Legal Theory – notamment Susan B. Boyd, Martha Fineman, ou Michelle Cottier – et de travaux en études genre et en sociologie du droit de la famille, en particulier ceux d’Anne Revillard, de Jacques Commaille, du Collectif Onze, de Benoît Bastard et de Laura Cardia-Vonèche. Ces travaux appréhendent généralement la question de la production et la reproduction des normes soit par le haut, à partir des réformes législatives et des grands arrêts jurisprudentiels des cours supérieures, soit par le bas, en étudiant les pratiques ordinaires des cours inférieures. Il m’a toutefois semblé intéressant de combiner ces différentes échelles d’analyse, à l’image de ce que propose Émilie Biland dans son livre « Gouverner la vie privée. L’encadrement inégalitaire des séparations conjugales en France et au Québec », qui étudie les réformes qui ont eu lieu en France et au Québec autour des pensions alimentaires depuis les années 1990 et leur mise en œuvre au sein de tribunaux de première instance.

Dans le cadre de ma thèse, j’ai ainsi fait le choix d’investiguer simultanément différents « lieux » au sein desquels s’actualise le droit de la famille en Suisse. Sur ce point, j’ai aussi été inspirée par la lecture de Mariana Valverde, dont les travaux m’ont permis de réfléchir à la dimension scalaire du droit et de la justice. En conséquence, en plus d’étudier les grandes réformes du droit de la famille en Suisse entre le 20ème et le 21ème siècle, j’ai enquêté sur la régulation des contentieux familiaux à chaque niveau de l’ordre judiciaire, en première instance d’abord, au sein d’une Justice de paix et d’un Tribunal d’arrondissement, au sein d’une cour d’appel, et finalement, au Tribunal fédéral. Cela m’a permis de mettre en évidence différentes logiques d’intervention du droit et de la justice dans la vie privée et d’analyser la manière dont elles se combinent ou entrent en tension.  

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search