Le RT13 au Congrès de l’AFS (2)

Voici un deuxième billet faisant le bilan des activités du RT13 au congrès de l’Association française de sociologie qui a eu lieu les 27-30 août 2019 à Aix-en-Provence. Ainsi, outre les activités présentées ici, le RT 13 a co-organisé la semi-plénière suivante :

Des catégories juridiques aux classements sociaux :

Quels pouvoirs pour les expert·es ?

Argumentaire

Depuis Max Weber (1921), les sociologues connaissent l’importance des règles juridiques dans les mécanismes de domination. Depuis Pierre Bourdieu (1986), ils et elles savent aussi que le droit tire sa force de sa capacité à produire et à légitimer des catégories qui participent à la structuration et à la hiérarchisation des statuts sociaux et des identités. Un tel questionnement n’est pas réservé à la sociologie critique française ; dans un article classique du courant américain Law and Society, Ronen Shamir (1996) a montré que les catégories juridiques portent non seulement sur les populations, mais aussi sur le temps, sur l’espace, ainsi que sur la frontière entre nature et culture. En d’autres termes, le droit est un instrument puissant de « construction de l’ordre du monde » (Commaille, 2015, p. 243) ; indissociablement cognitif et normatif, il manifeste les rapports de pouvoir qui participent à sa construction tout en redistribuant les inégalités entre groupes sociaux.

Dépassant une vision purement idéelle de la juridicité, les sociologues du droit ont montré que celle-ci se constitue à travers les activités que les actrices et acteurs sociaux engagent pour la faire exister. Or, ces activités reposent sur des ressources inégalement réparties dans l’espace social. Pierre Bourdieu a insisté sur le monopole du savoir juridique détenu par les professionnel·les du droit, dont il a fait une caractéristique essentielle du champ juridique. Celui-ci est structuré par les concurrences et les rapports de force entre ces professionnel·les pour « dire » le droit, c’est à dire pour qualifier les pratiques sociales et, ainsi, les cadrer et les encadrer.  Pierre Bourdieu (1990) a certes reconnu qu’un grand nombre d’agents sociaux – et particulièrement les agents de l’État – font exister le droit en « jouant » avec les règles, mais il a aussi souligné que le pouvoir des juristes sur la société réside dans leur expertise : c’est justement parce que les profanes en sont dépourvus que la domination par le droit opère si efficacement.

Cette séance semi-plénière propose de remettre sur le métier la réflexion sur l’interdépendance entre catégories juridiques et classements sociaux en discutant la portée sociale de l’expertise juridique. Le travail des différentes catégories de professionnel·les du droit (juges, avocat·es, universitaires notamment) est évidemment incontournable dans cette perspective. Cependant, la définition, le commentaire et la mise en forme des classements juridiques ne sont pas réservés aux juristes. Ils mobilisent des acteurs et actrices intervenant au titre de savoirs et de pouvoirs acquis dans d’autres espaces professionnels ou encore dans d’autres sphères de vie – dont le militantisme ou la confrontation personnelle aux institutions administratives et judiciaires.

À partir de différents domaines du droit, cette séance examinera les modes de mise en relation de plusieurs types d’expertise en matière de catégorisation des objets et des sujets du droit. Elle montrera comment ces catégories juridiques sont définies, mobilisées, interprétées, critiquées et légitimées en référence à des classements profanes mais aussi à d’autres savoirs  (médecine, management, sciences sociales…). Examiner les interdépendances entre les classements juridiques et d’autres classements sociaux permettra de mieux comprendre les relations de pouvoir structurant l’universalisation, l’officialisation et l’imposition des visions du monde des juristes, d’autres expert·es et des profanes.

Conférencière et conférenciers

Estelle d’Halluin, Université de Nantes (CENS, UMR 6025), auteure de : “Local Justice to allocate medical certificates in French asylum procedure. From protocols to face-to-face interactions”, in: Tobias Kelly, Ian Harper and Akshay Khanna ed., The Clinic and the Court: Law, Medicine and Anthropology, Cambridge University Press, 2015.

Antoine Vauchez, CNRS (CESSP, UMR 8209), auteur de : L’Union par le droit. L’invention d’un programme institutionnel pour l’Europe, Presses de Sciences Po, 2013. [Sous réserve]

Laurent Willemez, UVSQ (PRINTEMPS, UMR 8085), auteur de : Le travail dans son droit. Sociologie historique du droit du travail en France (1892-2017), LGDJ, 2017.

 

Réseaux thématiques impliqués 

RT 13, Sociologie du droit et de la justice

RT 27, Sociologie des intellectuels et de l’expertise : Savoir et pouvoir

 

Organisation par : Émilie Biland, Université Rennes 2 (ARENES, UMR 6051), coresponsable du RT 13, Corinne Delmas, Université de Nantes (CENS, UMR 6025), co-responsable du RT 27 et Jérôme Pacouret, EHESS (CESSP-CSE), coresponsable du RT 27.

 

Animat·eurs·rices :

Émilie Biland, Université Rennes 2 (ARENES, UMR 6051), coresponsable du RT 13

Corinne Delmas, Université de Nantes (CENS, UMR 6025), coresponsable du RT 27.

Jérôme Pacouret, EHESS (CESSP-CSE), coresponsable du RT 27.

 

Crédits : l’auteur de l’image mise en avant est Tommy dessine.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search